Mon Blog

Mon Blog

Comment protéger efficacement ton projet, jeune africain?

Comme ça:
Comme si elle était:
Créé:
31 août 2020

Nous devrions en ce jour dans cette rubrique, parler de la prochaine étape des formalités juridiques à la création d'une entreprise en Afrique francophone, plus précisément en Côte d'Ivoire; mais depuis quelques jours, voire, quelques semaines, il m'est revenu plusieurs situations sur la toile, de cas d'infractions, telles que le  vol des projets ou d'abus de confiance. 

Les mésaventures vécues par les jeunes entrepreneurs ou entreprenants

C'est le cas d'une jeune fille noire vivant en Europe, qui dispose d'une structure de vêtements et modes;  Elle a confié la production de ses articles,  à une Dame styliste de mode résidente en Afrique centrale. A la suite de leurs échanges d'affaires, la jeune fille a réalisé que c'était de la pure arnaque et qu'elle n'aura jamais sa production "made in Africa". Son projet pour lequel elle a passé des nuits blanches, tombe à l'eau; en pleure sur les réseaux sociaux, elle raconte sa mésaventure.

C'est aussi le cas d'une Dame en Suisse que je vois souvent sur la toile, de décrier une situation de vol de ses recettes d'infusions. Cette africaine est dans le domaine de la préparation des produits sur toutes ses formes à base de plantes naturelles, non-toxiques. Elle avait coutume de faire la démonstration, comme le font tous les acteurs d'affaires  sur les réseaux sociaux,  de la production de ses tisanes, sirops, huiles adoucissantes et jus désintoxiquant.

Tellement passionnée de ses découvertes et dans le but d'aider et encourager "ses frères et sœurs", qui ne savent pas quoi faire le plus souvent pour s'en sortir financièrement, elle a commencé peu à peu à donner le secret de ses recettes à base de plantes. Elle raconte qu'elle était un peu étonnée, de ne pas voir des réactions à ses publications, jusqu'à ce qu'elle découvre, qu'elle est talonnée, par des connaissances qui la suivent, mais ne réagissent presque jamais à ses publications sur la toile.

Certaines de ses connaissances reprennent sans scrupule ses recettes et la bloquent sur le net par la suite, de sorte qu'elle ne peut pas voir leurs agissements, mais eux par contre, pourront sans en être inquiétées la suivre discrètement et prendre de nouvelles recettes proposées et se faire de l'argent sur son dos.

C'est le cas d'une Dame ici à Abidjan, qui fait aussi une petite vidéo pour montrer son ras-le-bol de ses tontons, ses oncles qui sont des cadres hauts placés à qui elle a demandé de l'aide financière et qui ne l'ont pas fait, mais mieux, ils ont passé le projet à leurs maîtresses, leurs sœurs ou épouses. Elle obligée de compter sur cette propres forces pour s'en sortir et ne veut plus rien avoir avec eux.

C'est le cas aussi d'un jeune homme, dont l'histoire étant passé avec une star humoriste d'internet; Ce qui a donc laissé couler beaucoup de commentaires et de relais et partages. Il s'agit d'un groupe de jeunes qui ont eu l'idée de créer une émission sur le net qui racontera le vécu des uns et des autres sans dévoiler l’identité de ceux qui vont se prêter à cet exercice. Ils ont eu un conseil avisé de faire protéger leur oeuvre de l'esprit par l'autorité compétente en la matière et ont continué à se développer. Dans cet élan et désireux d'aller à une étape supérieure, ils ont eu à solliciter, comme il est de coutume, des personnes déjà confirmées et ayant une forte audience, à leur donner un coup d'accélérateur dans leur projet.

Il sollicite quelques uns du domaine, en leur envoyant de manière détaillée leur projet en messagerie sur les réseaux sociaux, sans grands résultats. Le dirigeant de cette star up ( j'aurai à parler de cette nouvelle forme de société dans le droit francophone dans un prochain article) dans ces revues d'actualités sur les différentes plateformes de la toile, découvre une émission similaire à la leur, diffusée sur le mur d'une grande humoriste de la place, à qui il avait justement parlé de son projet. Elle qui avait vu le projet et répondu par son staff de communication, mais elle n'a plus donné de suite.

Le jeune dirigeant de cette star up alerte ses compagnons, la marraine et la structure de protection de leur projet, qui décident de réagir. La marraine qui est une star des réseaux sociaux révèle l'histoire au grand jour et appelle les utilisateurs et fans sur la toile à témoins et l'on parle de plagiat du projet de plus faible que soi.

Peut-on voler l'idée d'une personne?

A cette question, j'ai eu à répondre avec mon MasterMind ( un groupe d'entrepreneurs), car nous sommes exposés jour et nuit à cette situation et le phénomène des réseaux sociaux n'est pas fait pour arranger la situation.

L'on ne peut pas voler une idée, tout simplement parce que l'idée tant qu'elle n'est pas exprimée, est logée dans nos pensées et fait l'objet de réflexions permanentes. En  plus clair, si tu ne parles pas de ce que tu as dans tes pensées, personnes, même le diable, ne peut pas savoir ce que tu penses, ce que tu as intériorisé. A moins d'avoir un don de mystiques ou de profiler.

Dès que cette idée est exprimée, est sortie de la bouche , elle n'est plus une idée, mais elle devient automatiquement un projet qui se met en place ou va le devenir. L'on va commencer à mettre sur papier son idée, comment ce projet va s’appeler, dans quel domaine va -il intervenir, comment je vais l'entamer, quelle est les deux prochaines étapes, quels sont les moyens financiers et humains, que je vais solliciter etc.? Tout ce schéma est appelé un plan d'actions.

Ce projet étant né, que tu sois une star up ou une société créée de fait, en attendant les formalités juridiques et peu importe que ce projet soit innovateur ou non, il faut penser à le protéger. Le conseil, que le dernier cas cité plus haut a eu faire en ayant une protection intellectuelle, des droits d'auteur sur son projet est très bien; Mais cela hélas n'est pas efficace surtout dans nos pays africains, où le taux de corruptions dû à notre mentalité est endémique, est un style de vie, il faut chercher une autre forme de protection juridique avant l'heure, avant l'existence juridique de ta structure.

Les jeunes pensent que l'on a besoin de nos jours forcement de financement avant d'entamer leurs entreprises et pour les obtenir, ils vont parler de leur projet, de leur idées à des fondations, à des personnes, qui ont un pouvoir d'achat énorme, afin de persuader, toucher le cœur de ses personnes qui vont décaisser une somme conséquente en financement de leurs projets d'entreprise.

Beaucoup de personnes ont de l'argent, mais ils n'ont pas ou plus d'idées et ne sont pas dignes de confiances; Elles peuvent mettre une supercherie de candidature  de projet en place contre financement, afin de les aider à réfléchir à leur place sans être rémunéré, payé pour le faire; A la grande surprise, vous retrouvez votre projet chez elles ou chez l'un de leur amoureux ou époux épouses etc.

Les solutions proposées pour limiter ces supercheries

Parler de votre projet, vous serez à une phase ou l'autre amener à le faire. Je conseille dès les débuts de votre entreprise de faire avec ce que vous avez, le rien que vous avez jusqu'à vous enraciner, gagnez en notoriété, d'être reconnu comme tel dans un domaine précis; Ensuite dès que vous commencez à sentir, que des noms similaires à votre structure commencent à pousser comme des champignons sauvages, n'hésitez pas à sécuriser le nom et l'objet de votre projet à la structure habilitée à le faire; En Côte d’Ivoire c'est la CEPICI ( je reviendrai à cette phase dans un prochain article)


Dès que cette phase d'enregistrements de votre projet en structure légalement constituée est fait ou même avant cela, je vous en supplie, chers jeunes, exigez de vos interlocuteurs, celui à qui vous allez parler de vos projets pour un partenariat ou une obtention de financement, un ACCORD DE CONFIDENTIALITÉ ou DE NON DIVULGATION D'INFORMATIONS. C'est un contrat entre toi et la personne à qui tu confies ton projet, afin celle-ci ne divulgue pas les informations au sujet de ton projet qui est entrain de naître. Un contrat ayant force de loi entre les parties qui l'ont signé et ayant un effet relatif sur les tierces personnes, vous aurez une protections juridiques avant l'heure, au cas où les clauses dudit contrat seraient violées; vous aurez la possibilité d'assigner la personne en justice, au tribunal de 1ère instance, à sa chambre commerciale ou directement au tribunal de commerce ou à la cour d'arbitrage  pour indemnisation, réparation. Cet accord est un fort moyen de dissuasion qui pourra décourager et trier des vrais des faux bailleurs de fond de votre projet.

Sans cet accord ou quelques protections de votre propriété intellectuelle ou industrielle, vous serez sur le champs d'action délictuelle et vous pourrez avoir gain de cause pour abus de confiance, escroquerie en matière pénale d'affaires.

Mangré Christelle Akossi, Juristes d'affaires transfrontalières franco-allemand et Éveilleur des Consciences

SERVICES: Pour plus d'informations sur la protection de vos projets, Conscience Nouvelle à travers son service juridique d'affaires pourra vous accompagner: CONSEILS JURIDIQUES

Pas encore de commentaires...

Laissez votre commentaire

51087

Limite de caractères 400

"Rien n'est gagné d'avance dans la vie ! " Mangré Christelle Akossi

Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter et recevez tous nos derniers articles.